Koh Phayam fait partie de ces îles authentiques et préservées du littoral thaïlandais. Celle qui fut joliment nommée « l’île des initiés » par le guide du Routard a encore beaucoup à offrir. Koh Phayam n’est certes plus complètement secrète. Elle attire des voyageurs souhaitant fuir les hordes de touristes s’affairant autour des célèbres îles thaïlandaises de Koh Tao, Koh Phi Phi et Koh Phangan. Alors pourquoi se rendre sur Koh Phayam ? Pour apprécier le calme et profiter de plages peu fréquentées, lire, méditer ou partir à la conquête des superbes fonds marins environnants. Découvrez notre guide de voyageuse complet pour savoir comment y aller, où loger et connaître les activités à faire sur place avec nos adresses 100% testées.

Où se situe Koh Phayam, l’île loin des sentiers battus ?

L’île de Koh Phayam se trouve dans la Province de Ranong, nichée dans le Sud-Ouest de la Thaïlande dans la mer dAndaman. C’est la voisine de Koh Chang, une autre île réputée pour son calme et sa tranquillité (à ne pas confondre avec son homonyme, plus agitée, localisée sur la côte Est du Golfe de Thaïlande).

Koh Phayam fait partie de ces endroits préservés du tourisme de masse. C’est un peu Koh Samui version années 70. Environ 500 personnes vivent sur ce bout de terre long de 8km sur 5km de large. Parmi les insulaires on y trouve des Thaïs, des Birmans, mais aussi des gitans de la mer, des anciens pêcheurs nomades désormais devenus sédentaires. On y vient de décembre à avril pendant la saison sèche de préférence. Voir aussi notre article « Quelle est la meilleure saison pour partir en Thaïlande« .

Comment se rendre sur Koh Phayam ?

Il existe plusieurs façons de se rendre à Koh Phayam depuis Bangkok la capitale. Il faut dans un premier temps rejoindre Ranong, située à environ 600km de Bangkok .

Trajet Bangkok-Ranong :

  • En bus : se rendre à la gare routière de Sai Tai Mai à Bangkok. Le trajet Bangkok- Ranong dure environ 10h. Je vous l’accorde, c’est long. Mais les îles hors des sentiers battus se méritent. Vous avez la possibilité de choisir entre différents niveaux de confort de bus en fonction de votre budget, mais nous vous recommandons fortement les classes VIP. Vous vous sentirez vraiment plus à l’aise que dans les bus de classe Express. En général, les bus quittent Bangkok vers 21h pour arriver à Ranong au petit matin. L’option du confort n’est pas à prendre à la légère si vous ne souhaitez pas arriver épuisé.
  • Par avion : plusieurs compagnies effectuent des liaisons quotidiennes entre Bangkok et Ranong comme Thai AirAsia ou Nok Air. Comptez entre 80 et 100€ l’aller-retour. Attention: à Bangkok l’aéroport à rejoindre est celui des vols domestiques à savoir Bangkok – Don Mueang (DMK). Durée du trajet aller : 1h15.
  • En taxi privé : ce moyen de transport est relativement élevé (aussi cher que l’avion). L’idéal est de voyager en petit groupe afin de diviser le coût du trajet. Il existe des SUV de quatre personnes ou des vans pouvant transporter jusqu’à 9 personnes.

Une fois arrivés à Ranong :

Depuis Ranong, vous pouvez faire le choix d’y passer une nuit afin de découvrir le Rattanarangsan Palace, le marché aux poissons mais aussi pour vous prélasser dans les Raksa Warin Hot Spring. Pour rejoindre ensuite Koh phayam, rendez vous directement au Pier. Vous trouverez nombre de compagnies de bateaux pouvant vous amener à Koh Phayam. Deux options s’offrent à vous :

  • le ferry: (2 heures de trajet, 5-6€ l’aller)
  • L’express boat (1heure 15 de trajet, environ 7€)

Vigilance : Nous avions sélectionné l’option slow boat (200 thb) et une fois arrivés au Pier, la première compagnie nous a annoncé qu’il n’y avait plus de départ pour l’après-midi. Le but était alors de nous faire choisir le speed boat (350 thb). Nous avons demandé les horaires à d’autres compagnies avant de découvrir qu’il y avait bien un bateau prévu l’après-midi ! Ne tombez pas dans le panneau. En général, il n’y a que le dimanche que le slow boat part à 9h30 du matin uniquement. Enfin, si votre estomac est fragile, pensez à prendre vos précautions (huile essentielle de menthe poivrée et de citron).

Que faire et voir sur Koh Phayam ?

Profiter d’un havre de tranquillité pour sortir des sentiers battus thailandais. Les plages bondées de touristes, les îles réputées pour leur vie nocturne bouillonnante vous rebutent ? Vous trouverez votre bonheur à Koh Phayam.

Sur cette île la circulation se fait uniquement en deux-roues (scooter et vélo); pas de voitures ni de bus. Une seule route bétonnée traverse l’île du nord au sud.

Les activités ne sont pas légion sur l’île de Koh Phayam. On y va surtout pour se reposer, lire, méditer, marcher le long des plages et admirer de beaux couchers et levers de soleil. On ne manquera pas de visiter le tout petit mais néanmoins adorable temple bouddhiste sur l’eau: le Wat Koh Phayam, situé sur la côte Nord-Est de l’île.

Non loin de là un magnifique Bouddha en haut d’un escalier semble observer le rivage et protéger avec beaucoup de bienveillance ses habitants. Un lieu qui se prête parfaitement à un doux moment d’introspection ou de méditation. Les quelques moines de l’île vivent tout près, vous ne serez donc pas surpris de voir sur votre passage quelques robes orangées sécher et virevolter au gré du vent.

Découvrir la culture des Moken : les gitans de la mer.

Parmi les habitants de Koh Phayam se trouvent les Moken (un peuple nomade maritime). Leur mode de vie a aujourd’hui complètement changé et le nomadisme a laissé place à la sédentarité. Néanmoins ils vivent toujours au bord de l’eau et il est possible de visiter leur village au sud de la plage de Buffalo Bay. Comme dans l’ensemble des temples du pays, une tenue adéquate et respectueuse de leur culture est demandée aux touristes souhaitant s’y rendre. Enfin, n’oubliez pas de vous faire discrets, ce lieu n’est pas une mise en scène, c’est leur habitat.

Plages coups de cœur de Koh Phayam

On ne va pas se mentir : l’un des intérêts premiers de Koh Phayam est de venir se prélasser et se baigner sur les nombreuses plages qui bordent l’île. Entre longues étendues de sable fin et petites criques isolées, vous aurez l’embarras du choix.

  • KwangPeeb beach : Une de nos plages préférées de l’île ! Elle se situe tout au nord de Koh Phayam et l’ambiance y est très paisible. Une petite baie foulée par les seuls curieux qui prendront la peine d’explorer l’île jusqu’à sa pointe nord. Un havre de paix où l’on peut dormir (il y a quelques bungalows) et se restaurer.
  • Buffalo Bay : Cette plage se situe sur la côte nord-ouest de Koh Phayam. Très convoitée par les touristes notamment pour le Hin Talu on y trouve un plus grand nombre d’hôtels et de bungalows que sur le reste de l’île. Nous vous conseillons de vous rendre sur la partie sud de la plage, plus calme, qui abrite une mangrove.

Notre conseil : s’y rendre à l’aube et apprécier cette délicieuse sensation d’être seul au monde pour admirer le lever du soleil tout en découvrant les œuvres d’art sculptées par les milliers de crabes sur le sable vierge. Magnifique !

  • Aow Yai Beach : aussi nommée « Long Beach »; elle se trouve au sud-ouest de l’île. Comme son nom l’indique il s’agit de la plus longue baie de l’île. Nous y sommes allés pour le coucher du soleil : ambiance magique garantie que vous soyez seul, en couple ou en famille.

Où se loger à Koh Phayam ?

Le Coffee and Resort : situé au nord-est de Koh Phayam, il se trouve non loin de la route principale desservant les différentes parties de l’île. Prix de la nuit en haute saison : 26€

On adore :

  • Les adorables bungalows de bambou, simples mais fonctionnels. Salle de bain privative et petite terrasse pour siroter votre bière Chang une fois le soir venu après une journée de farniente.
  • La gentillesse des gérants : oui oui, le pays du sourire c’est bien ici. Vous êtes reçus comme à la maison, dans une ambiance à la fois zen sur un fond sonore de reggae.
  • On y mange des petits plats absolument délicieux et le café y est décliné sous toutes ses formes. Le must ? On vous installe sous un arbre centenaire ce qui ne fait que décupler cette sensation de bien-être que l’on ressent en arrivant.

Où se restaurer à Koh Phayam ?

Nous avons jeté notre dévolu sur deux restaurants :

  • Poms place, situé sur la côte est de l’île, non loin de l’embarcadère. Un minuscule restaurant familial au charme fou. On mange (presque) les pieds dans l’eau au milieu de plantes posées ici et là . La cuisine est excellente, authentique et le cadre juste exceptionnel. Ce lieu ce trouve vers le Temple évoqué un peu plus haut. C’est donc l’occasion parfaite de découvrir ces deux endroits. Ou d’y passer avant de prendre votre bateau retour direction le continent.

Si vous souhaitez aller boire un verre, rendez-vous à l’atypique « Hippy Bar » sur la plage d’Ao Khai Kwai.  Ce bar en bois flotté en forme de bateau pirate est un spot sympa pour admirer le coucher du soleil sur un air de reggae.

Que faire et voir à Koh Phayam

Louer un vélo ou scooter pour faire le tour de l’île.

Il est facile de faire le tour de ce petit bout de terre de 20km2. La route principale donne naissance à des petits chemins sur lesquels il est bon de s’aventurer pour admirer la diversité de paysages qu’offre l’île. Mais la beauté de la nature, de la jungle, ou des jolies criques ne parvient pas à nous faire oublier les problèmes de pollution des fonds marins ou des plages bordées de déchets plastiques. Plus d’infos sur notre article dédié : Comment louer un scooter en Thaïlande ?

Kayak sur Koh Phayam

Il est possible de louer un kayak pour faire le tour de l’île de Koh Phayam ou d’opter pour l’exploration de la mangrove pour les amoureux de la nature. De là vous pourrez observer oiseaux et singes dans leur environnement. Koh Phayam est réputée pour la diversité de ses animaux dont les oiseaux : calaos, aigles de mer, hérons, de quoi ravir le petit ornithologue qui sommeille en vous !

Plongée et snorkeling à Koh Phayam

Le snorkeling autour de l’île de Koh Phayam n’est pas très intéressant : coraux blanchis et pêche intensive ont eu raison de la beauté des fonds marins. Il est néanmoins possible de partir en excursion non loin de là, sur les îles Similan et Surin, pour découvrir des paysages sous-marins absolument extraordinaires.

Snorkeling aux iles Surin

Les îles Surin se trouvent à environ 80 km de Koh Phayam. Elles sont mondialement réputées pour la beauté et la richesse de leurs fonds. Les eaux cristallines et peu profondes se prêtent parfaitement au snorkeling.

Possibilité de partir en excursion pour la journée avec Buffalo Bay Vacation Club par exemple. Comptez environ 110€ la journée en haute saison (inclus l’équipement de snorkeling, déjeuner et boissons)

La plongée proche des îles Similan

Richelieu Rock, situé au nord des îles Similan est un site exceptionnel pour la plongée : requins baleines (de janvier à avril), raies manta, requins de récif ou hippocampes… La vie sous-marine y est très riche !

L’expédition se fait généralement sur deux ou trois jours, histoire d’avoir le temps d’explorer les îles Koh Bon et Koh Tachai. Vous dormez sur un bateau ou dans une tente sur la plage de Koh Tachai. Il faut prévoir environ 550€ pour les trois jours de plongée (inclus équipement, hébergement et la nourriture). De nombreuses agences proposent ce séjour, notamment Buffalo Bay Vacation Club.

Voyager responsable

Si vous souhaitez sortir des sentiers battus, c’est sans doute parce vous êtes à la recherche de calme et d’authenticité. Pour que ces lieux restent préservés, nous pensons qu’inciter au voyage ne devrait pas être dissocié d’une réflexion écologique. C’est pour cela que nous vous invitons à jeter un œil à notre article « Voyager responsable » au plus vite. Pour être moi-même (Marine) expat depuis quelques temps en Thaïlande, je peux vous assurer que nous pouvons inverser la balance, même dans ce pays qui vit globalement du tourisme.

Les conseils pratiques pour Koh Phayam, l’île hors des sentiers battus

  • Retirer de l’argent avant de se rendre sur l’île car il n’y a qu’un seul distributeur sur cette île.
  • Amenez quelques livres ou magazines.
  • Respirez, profitez et detendez-vous !

À lire aussi :

En raison de la pandémie de coronavirus, des restrictions d’entrée et de déplacement peuvent s’appliquer. Il est indispensable de s’informer en temps réel auprès des conseils aux voyageurs du ministère des Affaires étrangères.

Merci à Jenny qui a contribué à la rédaction de cet article.

Vous pouvez également aimer :