Découvertes, différences culturelles et engagements environnementaux, voici notre guide du voyageur responsable: les gestes simples à appliquer pour trouver l’équilibre lors de votre prochain voyage en Thaïlande et/où ailleurs. Ici nous évoquerons les essentiels à glisser dans son sac avant le départ, des gestes efficaces une fois sur place, mais nous parlerons aussi d’ animaux sauvages, de faunes et plus encore. Alors bonne lecture.

Le voyage responsable c’est quoi ?

Le voyage – tourisme responsable, aussi appelé tourisme équitable ou encore écotourisme, c’est simplement un tourisme qui s’oppose au tourisme de masse afin de pratiquer un tourisme alternatif.

En bref, un voyageur responsable, c’est une personne qui souhaite préserver les ressources naturelles du territoire qu’il visite tout en améliorant les conditions de vie des communautés qui y résident lors de son voyage.

Pourquoi voyager responsable ?

Je vais vous donner quelques chiffres pour vous éclairer à ce sujet et vous montrer l’impact du transport qui est l’une des principales problématiques, mais pas que.

Saviez-vous que l’avion est le moyen de transport le plus polluant par passager et par kilomètre parcouru ? Il est responsable de 5% du réchauffement climatique.
Saviez-vous aussi qu’un aller-retour Paris / New York envoie plus d’une tonne de gaz carboniques dans l’atmosphère par passager, soit autant qu’une année de chauffage ?

Mais aussi que tout trajet national ou européen en avion pollue quarante fois plus que le TGV, sept fois plus que le bus, deux fois plus qu’une voiture avec trois passagers. Et bien moi je ne le savais pas, merci les chiffres Le monde !


Mais alors, je m’interroge ! Pourquoi se saigner toute l’année à faire plein de petits gestes pour protéger la planète si en moins de 11 heures, on balaye tous nos efforts pour s’envoyer en l’air ? 

C’est à si méprendre !  Croyez-le ou non, l’objectif de ce premier paragraphe n’est pas de vous plomber le moral et encore moins de vous culpabiliser, ce n’est pas le genre de la maison.
Si je vous dis tout cela, c’est uniquement pour souligner que partir en voyage au bout du monde ce n’est clairement pas écolo, alors la moindre des choses à faire ne serait-il pas d’adopter des gestes simples et efficaces pour équilibrer la balance ?

Les gestes simples à appliquer en voyage.

Passons aux faits. Malgré son importance immense, je vous épargne le passage où je vous invite à ne pas jeter vos déchets dans la nature, même si ce n’est pas encore acquis pour de nombreux citoyens, cela va de soi !

Avant le départ : Les indispensables

Dans la trousse de toilette :

Je ne vous apprends rien, aujourd’hui les produits d’hygiène contiennent de plus en plus d’ingrédients suspects. Du plastique dans le dentifrice, des perturbateurs endocriniens dans le gel douche et j’en passe.

Tout cela n’est pas sans danger pour votre corps ou l’environnement et ça, c’est sans parler des emballages et des quantités de déchets supplémentaires. Heureusement, de plus en plus d’entreprises engagées proposent des alternatives saines et naturelles.
Dans un premier temps, je vous invite à passer aux produits solides qui sont bien souvent emballés dans un packaging recyclé et recyclable.

Voici une liste des basiques que je vous recommande : bio, naturels et issus du commerce équitable (si évidemment vous pouvez vous le permettre, car on ne va se le cacher, les produits de qualités ne sont pas toujours donnés). Une autre alternative est de les fabriquer vous-même, je vous mets des liens de recette juste après.

A noter : je vous partage des liens vers des marques qui proposent des produits en accord avec ce que je vous présente mais il n’y a aucun partenariat et il en existe d’autres, c’est juste à titre d’exemple.

En Thaïlande, comme dans la majorité des pays d’Asie, les eaux usées sont directement reversées en pleine nature (rivières, océans, forêts) d’où l’importance de bien sélectionner ses produits de toilette.

bungalow-koh-phayam
  • Protections hygiéniques écologiques : Même en voyage, nos règles ne se mettent pas en pause. Pour votre santé et pour la planète, je vous recommande plusieurs protections selon vos besoins. Il n’y a, je pense, pas une solution meilleure que l’autre en voyage, tout dépend du pays, du climat, de votre moyen de déplacement et de vous. Peut-être faire un mixte des trois en fonction des jours. Surtout faîtes au mieux et sentez-vous à l’aise . Pour vous aider dans votre choix, je vous invite a découvrir notre article : Quelle protection hygiénique écologique choisir en oyage ?

Dans le sac :

  • Vêtements et accessoires de plein-air écologiques :
    Inutile d’acheter pour acheter, souvent avant de partir en road trip, on se dit « j’ai besoin de ci, de ça ». Mais avant de foncer consommer, regardez bien ce que vous avez dans vos armoires et à moins de faire un trek de 3 mois seul(e) en pleine jungle, bien souvent ce que vous avez suffira et surtout ne vous chargez pas trop…!

Je vous invite également à regarder du côté de la seconde main, de nombreuses applications vous permettront de trouver votre bonheur, souvent de très bonne qualité et à moindre prix.

Mais si toutefois, vous prévoyez de vous équiper avec du neuf, sachez qu’il existe des marques écoresponsables.
Vaude
par exemple, surnommée « The North Face » des vêtements écolos : une majorité de leurs produits sont certifiés Blue Design, la norme pour les produits textiles la plus stricte au monde en termes de protection de l’environnement. Ils allient la qualité des vêtements (pour qu’ils durent plus longtemps) à un impact limité sur la planète en utilisant par exemple du polyester recyclé, en évitant les traitements toxiques, etc. Mais aussi : Patagonia, Picture Organic Clothing, 1083.

  • Une serviette de toilette :

La serviette en microfibre sèche très vite et prend peu de place dans le sac. Personnellement, j’utilise celle de la marque décathlon depuis deux ans, mais si vous n’êtes pas encore équipés, sachez qu’il existe des entreprises françaises telles que DREAMACT qui créer ce genre de serviettes absolument indispensables pour les roadtrip.

Ayant travaillée dans de nombreux hôtels, je peux vous dire que le lavage de la literie et des serviettes de toilette est un vrai fardeau économique et écologique. Alors quand vous arrivez dans votre chambre vous pouvez d’ores et déjà rendre ou ne pas utiliser la serviette. Le mieux étant de la rendre, car en Thaïlande, si vous avez séjourné dans la chambre elle sera automatiquement lavée.

C’est normalement à ce moment où vous vous dites « Oh et puis shit ! ».
Mais croyez-moi, c’est gestes vont rapidement devenir des habitudes de votre quotidien de voyage. Vous allez les répéter, les partager et les assimiler, ils auront alors un grand impact ! Encore une fois, il faut trouver le juste équilibre.

  • L’incontournable set de couverts et paille :
    Pour pique-niquer, sans hésiter, vous aurez besoin de votre set de couverts + paille ! Ils seront indispensables surtout pour un voyage en Asie ou les boissons fraîches à emporter et la street-food sont omni présents. Si vous recherchez un kit de couverts en bois dans l’une de mes pochettes faites en tissage karen, c’est ici Adventhai- notre boutique éthique.
  • Une gourde filtrante ou en inox :
    En Thaïlande vous trouverez beaucoup de fontaines à eau gratuites dans les auberges et hôtels, mais aussi payantes dans les rues pour recharger votre gourde. Comme j’ai aussi une addiction pour les smoothies pastèque, je voyage toujours avec ma gourde LA PETITE GOURDE à eau et mon mug pour les boissons à emporter.
  • Un lot de sachets de conservation réutilisables, en silicone :
    Alors ça peut paraître to much mais croyez-moi, l’Asie, c’est le continent du plastique. Alors depuis que je suis expatriée en Thaïlande, je ne me passe plus de ces sachets en silicone. Ça ne prend pas de place et vous allez les utiliser absolument tous les jours. Lors de vos soirées au night market par exemple, vous pourrez mettre votre repas à emporter dedans sans risque de fuite et il sera facile à laver.

Voici deux sites internet Coolup.fr et Meilleurduchef.com pour vous monter de quoi je parle mais, je ne les ai pas testés, regardez aussi dans les grandes surfaces à côtés de chez vous, je suis sûre que vous pourrez en trouver facilement.

  • Batterie externe solaire :
    Exposez-la quelques heures au soleil, pendant vos balades sur votre sac à dos par exemple et rechargez votre téléphone !  Quand le temps ne le permet pas, vous pouvez tout simplement la brancher au secteur. Selon les modèles, il est possible que la première recharge de la batterie doive se faire au secteur. 
  • Un tote bag ou un petit sac à dos : Déjà, car cela me semble indispensable pour partir en balade le temps d’une journée. Vous y glisser vos indispensables mais aussi vos achats, sans accumuler les sacs plastiques. Pour avoir fait le test, vous pouvez facilement accumuler 8 sacs plastiques en une journée, sans même vous en rendre compte.

Malheureusement dans les pays les moins développés, les sacs ne sont quasiment jamais recyclables, voir même jetés à poubelle ou dans la nature sans être réutilisés. Heureusement, depuis quelque temps, je peux constater une petite prise de conscience, notamment des jeunes générations. Alors, faisons partie de la solution et non du problème. En plus, vous verrez qu’il n’est pas rare que les Thaïlandais vous félicitent d’avoir votre propre sac. 

Sur place : Les gestes responsables.

Refuser les sacs en plastique  

Alors même s’il suffit simplement de dire non, vous verrez que les locaux sont parfois insistants et ont du mal à comprendre la démarche. Mais ne vous découragez pas et sachez qu’avec le sourire les messages passent toujours mieux.  Contre la barrière de la langue, le petit plus est de sortir votre équipement (sac, paille ou couverts) avant de passer votre commande et de le montrer.

Pour rappel, un sac plastique met en moyenne 450 ans à se dégrader. En plus de dégrader la planète, les déchets plastiques causent la mort de plus de 1,5 millions d’animaux par an.

Ne pas gaspiller l’eau et l’énergie

  • Éteindre la clim et les lumières en quittant votre chambre.
    Terminé l’argument “Je laisse la clim, comme ça en revenant, c’est déjà frais” ! Être responsable en voyage et dans notre quotidien, c’est aussi faire quelques concessions.

Nous sommes parfois tellement habitués au confort que nous oublions parfois de relativiser et de se dire qu’attendre 5 minutes que la pièce se refroidisse n’est peut-être pas mission impossible. Le voyage, c’est aussi l’aventure et sortir de sa zone de confort. C’est parfois plus bénéfique que l’on ne l’imagine !

  • Laver votre linge à la main :
    Pour laver des sous-vêtements et quelques tee-shirts, rien de plus simple que de remplir l’évier de la salle de bain, soit quelques litres d’eau seulement ! Si vous n’avez pas envie de transporter de la lessive sachez qu’un savon classique peut faire l’affaire ou pourquoi pas savon ménager multi-usage.

    Personnellement, quand je pars en voyage, j’utilise mon savon de Marseille pour absolument tout : laver mon linge, me laver le corps, les dents et les cheveux. Cela peut paraître impossible pour certains et pourtant c’est tellement plus simple d’avoir un seul produit multi-usage. Je ne vais pas vous cacher que cela implique d’avoir un bon démêlant ou après-shampoing solide pour éviter la coupe à la Tina Turner !

Acheter des souvenirs (vraiment) locaux

Chez Adventhaï, nous soutenons les commerces et l’artisanat local et pour les souvenirs c’est pareil. Un souvenir est une manière de ramener une partie d’un pays chez soi. 
Lors de votre voyage en Thaïlande, vous passerez très certainement par des marchés plus ou moins locaux. Soyez-donc vigilants dans le choix de vos souvenirs, si vous avez repéré un article et que vous pouvez le trouver sur de nombreux stands en grande quantité, c’est très probablement du « made in China ». Cela signifie donc importation, transport et pollution supplémentaire !

Renseignez-vous au préalable ou directement auprès des locaux pour découvrir l’artisanat local des destinations que vous visiterez. Prenons l’exemple de Chiang Mai surnommée « la ville rose » réputée pour ses nombreux artisanats comme par exemple :

  • Des textiles tissés à la main bien souvent par les ethnies montagnardes.
  • De la soie Mat-Mee : Ce style unique de soierie thaïlandaise est le produit d’un artisanat traditionnel de l’Isan, la région Nord-Est du pays.
  • Des ombrelles et des éventails (notamment à Bo Sang, village proche de Chiang Mai) réalisés à partir d’écorce de mûriers.
  • La joaillerie et les pierres précieuses. Attention néanmoins si vous n’êtes pas familier de cet art car il est très facile de se faire escroquer et d’acheter à prix d’or un vulgaire morceau de verre.
  • Des objets sculptés en bois.
  • Des objets réalisés à partir de papier sa (fibres naturelles) comme des carnets, boîtes, etc.
  • Mais aussi du café, du thé, des épices et plus encore.

Les transports :

Une fois sur place, je vous invite à essayer de favoriser une mobilité do cors de vos déplacements et orienter vos séjours vers une pratique du slow tourisme. Si vous ne savez pas ,,,,, e qu’est le slow tourisme, un peu de patience, nous vous dévoilerons prochainement un article dédié au sujet mais en résumé c’est simplement prendre le temps d’apprécier l’instant et où l’on se trouve.

Pour vous déplacer en Thaïlande, le réseau des transports publics est assez bien développé. Je vous invite à privilégier les transports en bus plutôt que les avions ou les taxis. Et surtout un conseil précieux : marchez ! Perdez-vous dans les rues, c’est le meilleur moyen de s’imprégner de la vie locale.

Nous sommes d’accord qu’à Bangkok où Chiang Mai comme dans toute grande ville, vous aurez très certainement du mal à aller d’un bout à l’autre de la vile à pied. Mais c’est pourtant bien le seul moyen qui vous permet de découvrir de vraies pépites de quartiers en quartiers lors de votre voyage.

Alors non, nous ne sommes pas les principaux responsables de la pollution, mais avec le nombre de touristes qu’il y a chaque année en Asie, nous y contribuons forcément. Alors qu’est-ce qui nous empêche de donner un petit coup de pouce ?

Je vous conseille les applications Maps.me et Moovit qui pourront vous aider pour vous déplacer facilement en ville. Elles vous aideront à réaliser un trajet rapide et en limitant vos émissions pour aller de votre point départ à l’arrivée.

Par ailleurs , si vous arrivez à Bangkok et que vous souhaitez visiter la capitale, mais aussi dans le reste du pays, nous avons rédigé un article dédié. Vous y trouverez tous mes conseils pour vous déplacer facilement : les bus, les tuktuk, les gares, etc.. Je vous invite à y jeter un œil.

Respecter la culture, l’environnement, les animaux sauvages et leur espace naturel :

Je vais finir par ce dernier point, mais qui est tout aussi important que les autres, voire peut-être le plus. Découvrir un pays, c’est aussi s’informer sur sa culture avant de venir, pour respecter les coutumes et la façon de vivre des habitants.

Il y a, comme dans chaque pays, quelques petites règles de savoir vivre à respecter. Je vais vous en présenter quelques-unes concernant la Thaïlande. Elles ne sont pas exhaustives, je vous invite donc grandement à vous renseigner encore plus en profondeur ou a me solliciter en commentaire pour vous imprégner de la culture locale.

  • Sauf si on vous donne la permission, il est respectueux d’enlever ses chaussures, si vous entrez dans une boutique, chez des particuliers et dans les temples. Je vous conseille de vous déplacer en tong, ça vous facilitera la vie !
  • Lorsque vous utilisez les transports en commun et notamment les bus, sachez que les sièges à l’avant des bus sont prioritairement réservés aux moines. De même, les hommes ne doivent pas s’asseoir à côté des nonnes et les femmes, à côté des moines. Si vous êtes dans ce cas de figure, demandez d’échanger votre place avec quelqu’un.

Le bouddhisme est la religion la plus présente en Thaïlande. De magnifiques temples sont à découvrir. Lisez bien les panneaux d’indication à l’entrée pour respecter les quelques règles élémentaires pour ne pas offusquer les locaux. Je vous en donne quelques-unes ci-dessous :

  • Vos épaules et genoux doivent être couverts ainsi que votre nombril. Ne portez pas de décolleté ou de hauts transparents pour les femmes. Et oui c’est un temple pas la Fashion week 🙂
  • Avant d’entrer dans les différents espaces de prières, il faut retirer vos chaussures.
  • Respecter le silence, c’est avant tout un lieu de recueillement même si certains touriste notamment chinois et russes ont encore un peu de mal à le comprendre.
  • De manière générale, les démonstrations d’affection en public sont assez inhabituel voir mal vues pour les anciennes générations et c’est encore plus le cas dans les temples.

Si après avoir visité les temples de Thaïlande, vous souhaitez découvrir la richesse de la faune sauvage, voici la encore quelques petites recommandations.

La faune sauvage est ce que nous avons plus précieux, il est indispensable de la respecter chez nous comme à l’étranger. Elle est parfois plus présente dans certains pays que ce qu’on a l’habitude de voir en tant qu’occidentaux.

  • Pour découvrir des animaux sauvages et des paysages envoûtant, je vous invite à visiter les parcs nationaux et partir en randonnée avec des rangers ou guide qui seront les personnes les plus adaptées pour vous faire observer la faune sauvage tout en la respectant. Inutile de vouloir approcher ou nourrir les animaux sauvages, appréciez simplement leur présence, ce sera déjà un moment unique. Vous découvrirez ainsi les animaux dans leur habitat naturel comme dans le parc national de Khao Yai ou celui de de Khao Sok par exemple.
  • Les éléphants en Thaïlande, l’ultime sujet. Depuis quelques années, des centres de protection pour éléphants ont ouverts leur porte. C’est aussi une occasion de découvrir ces animaux tout en contribuant à leur protection mais attention. C’est aussi une vitrine et un business fluctuent. Alors comme pour tout, il est important de s’informer avant de se déplacer et de prendre le temps de se faire sa propre opinion. Si vous souhaitez en savoir plus, je vous ai préparé un article sur un refuge pour éléphants que je vous invite à découvrir.
Baan mama Kanchanaburi

En conclusion : Soyez éco-acteur de votre voyage

Pour conclure, ce petit guide du voyageur responsable, je dirais que tout est une question d’équilibre. Avec ces quelques conseils et en vous informant sur le pays et les habitudes locales vous n’êtes déjà plus un « touriste lambda ». Chaque geste compte et il n’y a pas de petits gestes quand on est des millions à les faire ! Alors faites de votre mieux mais de vous rendez pas coupable de quelques écarts, prenez le temps d’observer et d’admirer et sachez aussi garder pour vous vos petites découvertes secrètes afin qu’elles restent intactes le plus longtemps possible.

Et vous, est-ce que vous voyagez déjà de façon écolo ou responsable et si oui, quels sont vos gestes à vous ?
Aidons-nous les uns des autres et partageons nos expériences et pourquoi cet article qui pourrait aider vos proches à découvrir ce mode de voyage !

À lire aussi :


En raison de la pandémie de coronavirus, des restrictions d’entrée et de déplacement peuvent s’appliquer. Il est indispensable de s’informer en temps réel auprès des conseils aux voyageurs du ministère des Affaires étrangères.

Merci à Laëtitia qui a contribué à la rédaction de cet article.

Vous pouvez également aimer :