Tout ce qu’il faut savoir pour voyager seule.

Aventurières ! Nomades ! Baroudeuses, il y a de plus en plus de femmes qui voyagent seules et nous pensons que c’est une bonne chose. Émancipation ou inconscience penseraient certains. Mais en tout état de cause on peut juste constater que c’est devenu chose courante de croiser des voyageuses solos, autant que des voyageurs.

L’aventure AVENTHAÏ a d’ailleurs commencé par le voyage solo de Marine. Après une rupture et un changement de vie radicale, elle est partie découvrir l’Asie dans le but de vivre un voyage plus humain et solidaire en partant à la rencontre de différents centres et refuges pour animaux thaïlandais et y faire quelques missions de volontariat.

Il y a certains avantages à voyager seule, comme d’éprouver une sensation de liberté immense, de se sentir autonome, mais aussi responsable, et d’être disponible pour les rencontres. Il y a peu de différences au fond entre hommes et femmes dans le voyage solo, mais beaucoup de préjugés, de peurs ou de clichés sur le sujet.

Dans cet article complet, nous allons partager nos expériences, parler des avantages mais aussi évoquer les inconvénients à voyager seule car il y en a certains et il faut juste savoir s’y adapter. Et tous nos conseils en la matière ; destinations, astuces, précautions, et des idées pour se lancer sans stress.

Clichés, peurs et préjugés sur les voyageuse solitaires :

Pour que les choses soient claires et réglées dès le départ, parlons-en dès à présent.
Non, toutes les voyageuses solos ne se sont pas faites larguées avant le départ ! Ce ne sont pas forcément des célibataires malheureuses, des filles sans amis, dépressives, inconscientes, ni des personnes oisives qui ont les moyens de voyager pour s’occuper ou passer le temps. Elles ne fuient pas particulièrement quelque chose ou quelqu’un non plus. La majorité de ces voyageuses sont des filles normales, mais unique comme vous et moi !

Certain disent que les voyageuses sont plus vulnérables aux agressions, violences, vols et arnaques… Pas plus que tous les voyageurs solo hommes. Ne dit-on pas à ce propos que le risque zéro n’existe pas ? Car voyager en solitaire implique des précautions qui sont propres à la situation et pas qu’au sexe du voyageur. Et nous allons revenir en détail sur ce point pour aider ou rassurer celles, et ceux qui se posent des questions ou souhaitent se lancer à partir seul.

Toutes les voyageuses ne sont pas des féministes militantes, et ne défient personne, à part elle-même peut-être. Et le sexisme comme les agressions sexuelles sont des risques malheureusement présents partout pour les femmes, mais parfois bien plus dans nos grandes mégapoles européennes que sur une petite île thaïlandaise ou indonésienne. On peut toujours être au mauvais moment au mauvais endroit, mais c’est ainsi partout, et nous devons faire avec. Sans penser que nous vivons dans le monde des bisounours, ou devenir paranoïaque à contrario, il y a un juste milieu et une prudence à avoir avec du bon sens pour ne pas se mettre soi-même en danger, ou dans des situations délicates.

Je ne peux pas partir, je ne parle pas anglais !

Je ne peux pas partir, je ne parle pas anglais ! Car vous pensez que sur place tout le monde parle anglais ? Détrompez-vous, mais avec un peu d’imagination, quelques gestes et la politesse, bien souvent on s’en sort. Et puis, google traduction app sera un bon compagnon de route.

Une autre des peurs que l’on évoque souvent à propos des voyages solo, c’est la solitude, l’ennui et l’isolement. Personnellement, je n’ai jamais fait autant de rencontres et je n’ai jamais eu autant d’échanges avec les gens qu’en voyageant seule. Il y a bien entendu des moments où cette solitude peut devenir pesante, mais il y a des moyens de l’apprivoiser, de s’en accommoder, et d’apprendre à l’apprécier aussi. Nous allons revenir sur le sujet, puisque partir seule c’est déjà accepter de composer avec la solitude forcément à un moment ou un autre !

«        Lors de mon premier road trip en solo en Australie après l’achat de mon 4×4, sans vraiment savoir pourquoi, j’avais toujours la peur de crever une roue au milieu de nulle part et de ne pas être capable de la changer toute seule et de mourir seule dans le désert. Quand je croisais quelqu’un qui avait crevé, j’essayer même de participer. Parfois même, quand je rencontrais des voyageurs sur ma route, je leur demandais de me montrer comment changer une route et finalement, grâce à cette peur, j’ai rencontré énormément de personnes et créé de belles amitiés. »
Isabelle FabreSon blog Sport & Voyage & ses aventures passionnantes sur Instagram.

Pourquoi voyager seule :

Il y a de nombreuses raisons qui peuvent amener à voyager seule. Des projets personnels ou professionnels. Et puis il y a les circonstances, les opportunités. Celles qui se présentent, comme celles que l’on se crée soi-même. Mais ça reste toujours un challenge quand c’est la première fois.

C’est « OSER voyager seule » comme dans cet article de Psychologie.com . Á la manière d’une expérience initiatique, qui va renforcer notre autonomie. Dépasser certaines peurs très personnelles parfois. Tout ceci en renforçant l’estime de soi et la confiance en soi. Parce que voyager seule vous change à jamais, et peut véritablement modifier l’image que l’on a de soi-même. Comme une quête de soi, enfouie et nécessaire. L’excellent roman autobiographique d’Elisabeth Guilbert « Mange, Prie, Aime », et le film tout aussi génial pour qui aime les voyages, montrent assez bien ce cheminement.

Mais nous ne sommes pas toutes des exploratrices et dignes héritières d’Alexandra David-Neel. Nos raisons pour partir seules sont parfois toutes simples, comme un stage ou des études à l’étranger, une année de césure, un projet humanitaire ou solidaire, des projets personnels (apprendre une langue étrangère, de l’artisanat, trouver des tissus ethniques, rencontrer des peuples retirés, découvrir des animaux…), nomadisme digital pour les indépendantes, la retraite au soleil pour les plus âgées, ou tout simplement partir en vacances et découvrir de nouveaux horizons.

Il n’y a pas toujours dans notre entourage quelqu’un qui va partager cet intérêt, ou quelqu’un de disponible pour l’aventure, alors pourquoi s’en priver ! Parfois c’est la vie qui va imposer ce choix de voyager seule en imposant des événements comme la maladie, un accident, un burn out, un licenciement, un deuil ou une rupture. Tous ces accidents de vie qui nous rappelle l’impermanence de l’existence, et qu’il est temps de penser à soi avant qu’il ne soit trop tard.

Le voyage en solo est une vraie tendance de fond dans notre société. Tous sexes confondus. Certaines études montrent bien sa nette augmentation dans les 10 dernières années. Sur Google les requêtes pour « solo travel » ont été multipliées par 5 entre 2012 et 2018. (Sources pour ceux qui veulent aller plus loin;  article « Voyage en solitaire: Une affaire de femmes » France Inter et article « Tendance : Elles voyagent en solitaire »  Le Parisien)

Les AVANTAGES à voyager seule

  • LA LIBERTÉ est l’avantage principal à voyager seule. Une liberté à tous les niveaux, avec pour seuls compromis que ceux de contraintes extérieures (météo, horaires, prix, santé, événements politiques…) qui sont inhérents à tous les voyages. Pas besoin de négocier et de se mettre d’accord avec d’autres personnes. Avoir le libre choix pour toutes les décisions. Choisir ce que l’on va faire, comment on va le faire et quand on va le faire. Ces moments sont très rares dans une vie. Il y a toujours des discussions à avoir avec des partenaires, des compromis et des négociations. Voyager seule évite tout cela.
  • On peut CHOISIR SA DESTINATION selon les envies, un lieu d’hébergement selon les nécessités du moment, choisir de rester ou de partir, choisir son repas, les lieux à visiter, le temps qu’on veut y consacrer…Toutes ces discussions qui sont de mise quand on voyage accompagnée, que ce soit en couple, entre amis, en groupe ou en famille. Pas besoin d’attendre après quelqu’un, pas besoin de l’avis d’une autre personne avant de prendre une décision. A l’inverse, on n’impose rien à personne d’autre que soi-même et finalement on apprend à s’écouter.
  • L’OUVERTURE aux autres, aux rencontres et au monde. Car voyager accompagnée c’est aussi former une bulle relationnelle, qui sans être close ou hermétique, elle n’en est pas moins autosuffisante en termes d’interactions sociales. En voyageant seule, on a ce choix d’être seule ou accompagnée. Quand le besoin se ressent de nouer des relations on va plus facilement vers les autres. Si, si je vous assure. Même pour les plus timides d’entre nous ! Ça ne se fait pas du jour au lendemain, mais petit à petit l’ouverture aux autres se fait plus facilement. Discuter avec les gens dans les transports ou les commerces, dans les hébergements, que ce soit le personnel local ou d’autres voyageurs. Choisir de faire des activités de groupe le jour où c’est nécessaire pour soi, ou bien rester tranquille en solo. En partant en groupe ou en couple on n’a plus ce choix-là, il faut faire avec ceux qui sont présents. On ne peut pas tout décider ni tout gérer seule. On apprend à se débrouiller seule, à être autonome. On devient très dégourdies et pleine de ressources. Même celles qu’on ne pouvait pas soupçonner avant de tenter l’expérience. Voyager solo c’est devenir très astucieux, ingénieux, curieux et responsable.


Cette notion de responsabilité va de pair avec la liberté que donne ce genre d’expérience. On devient responsable de chacun de nos choix, les bons comme les mauvais. Pas de possibilité de reporter la faute sur un autre que soi-même. Cette prise de responsabilité, et parfois de risques, fait grandir, et forge l’expérience. Des leçons de vie qui vont nous changer et faire de nous de nouvelles personnes. On a trop tendance quand tout va de travers à trouver d’autres responsables que soi, là il n’y a personne d’autre ! Et si l’hôtel était miteux, le repas douteux, le mauvais bus pour le mauvais endroit…et bien tant pis pour nous, mais au fond ça fait du bien et ce sera une anecdote à raconter par la suite.

La liberté totale ! On a tous vécu ces moments lors d’un voyage en couple où les envies diffèrent et l’un est obligé de faire des concessions et suivre le programme de l’autre. En étant seule, on vit à son rythme au gré de ses désirs. 

Quand on voyage seule, on sort de sa zone de confort. On est obligée de puiser dans ses ressources et on se découvre un énorme courage. On apprend beaucoup sur soi-même.

Quand on se promène et qu’on cherche son chemin, les gens ont tendance à vouloir nous aider, nous conseiller et nous protéger car nous suscitons chez eux la curiosité et l’admiration.
Issia, qui a voyagé seule en Europe avec son Fourgon aménagé. Découvrir l’univers d’Issia ici !

Les INCONVÉNIENTS à voyager seule

Les soucis pratiques

  • Le prix déjà, car voyager seule c’est environ 25% plus cher. Sur les hébergements, pas toujours possible d’avoir une chambre simple, alors pas d’autre choix que de prendre une double. Sinon toujours la possibilité de loger en auberges de jeunesse (ou HOSTEL) en chambre partagée ou chez l’habitant. Des solutions encore moins couteuses existent comme le couchsurfing (accueil gratuit chez des particuliers) ou le wwoofing (logement contre de l’aide aux travaux agricoles en général). Les transports individuels comme les taxis, GRAB ou UBER reviennent plus chers dès lors que la course n’est pas partagée.

    La solution Adventhai : Pour remédier à cela, il y a parfois la possibilité de partager le trajet avec d’autres voyageurs (n’hésitez pas à solliciter les autres gens autour de vous, c’est commun en voyage), sinon il y a toujours l’option transports en commun ou les moto-taxis. Pour les logements, les hébergements chez l’habitant ou les dortoirs sont souvent moins couteux que les hôtels.

  • Les bagages également peuvent également être un souci quand on est seule. Déjà, il faut tout porter seule ! En voyageant à plusieurs on peut partager le poids en ne prenant qu’un seul matériel photo ou informatique, les guides ou les bouquins, voir même la trousse de toilette ou de pharmacie. Mais là il va falloir tout trimballer seule comme une grande.

    La solution Adventhai : Notre premier conseil et probablement l’un des plus importants, c’est de voyager léger et de ne pas s’encombrer d’un sac à dos qui pèse une tonne dès le départ. Même si rassurez-vous nous sommes tous partie au moins une fois trop chargé. Croyez-en notre expérience, au fur et à mesure du temps, votre sac va très certainement s’alourdir avec les éventuels achats. Alors en attendant notre article « Quoi mettre dans son sac pour partir Asie », documentez-vous auprès des minimalistes pour être astucieuse et s’encombrer le moins possible. Ne pas trainer son dressing et beaucoup de coquetteries, de toute façon le rouge à lèvre fond au soleil et vous êtes superbe au naturel 😊  

  • Pourquoi un sac, plus qu’une valise ? Le confort, la facilite dans les déplacements, mais aussi la sécurité. Ne pas laisser ses affaires n’importe où et à n’importe qui. Quitte à aller jusqu’aux toilettes avec si vous avez un mauvais pressentiment (en voyage fiez-vous à votre instant, bien souvent il ne se tromperas pas). Nous vous recommandons aussi d’avoir un second petit sac ou une banane pour ranger tout ce qui est indispensable et important et ne jamais s’en séparer, quitte à dormir avec dans les transports et autres espaces publiques. Le voyageur solo, homme ou femme est de fait plus vulnérable au vol. C’est pourquoi, il est important d’avoir ses papiers avec soi, et des copies papiers et/ou numériques accessibles. Pas tout son argent dans le même porte-monnaie, plusieurs cartes bancaires, des petits cadenas ou antivols qui peuvent servir à fermer les sacs ou à les attacher mais aussi, une bonne assurance voyage. Beaucoup de voyageurs font l’impasse sur l’assurance voyage et pourtant c’est selon nous l’une des premières choses à prévoir. Elle est indispensable en cas de vol, cas de problème de santé et plus encore et ça fait partie des choses à anticiper avant un départ. Assurance voyage Thaïlande. Pourquoi choisir GObyAVA ?
  • La sécurité personnelle est importante, et en étant seule on peut être vulnérable notamment aux agressions, sans être parano, il suffit parfois de bon sens.

    La solution Adventhai : Eviter les lieux un peu chauds ou glauques à des heures tardives. Demander dans les hébergements si tel ou tel endroit est « safe » ou pas. Regarder les avis sur internet. Ne pas afficher sur soi l’expression d’une personne naive. Être neutre et se fondre dans la masse c’est le meilleur moyen. Faire local est une excellente astuce, encore plus quand on est une femme. On n’est pas là pour défier l’ordre local et mener des combats féministes ou la révolution. On est de passage et le respect s’impose. Si les femmes sont couvertes faites-en autant, si elles se baignent habillées respectez-le. Nous n’avons pas tous le même niveau d’ouverture d’esprit et de tolérance concernant les femmes. Ce n’est pas s’abaisser à l’ordre masculin mais c’est respecter les femmes qui vivent là. Rien que le fait d’être une femme est de voyager seule est déjà un grand message d’indépendance et d’émancipation croyez-nous.  Et si un jour, vous vous sentez en insécurité dans une rue ou auprès de quelqu’un, appelez votre hôtel par exemple, n’ayez pas peur de demander de l’aide autour de vous ou prétexter l’appel d’un ami qui est en route pour vous rejoindre mais notre première astuce serait tout simplement de ne pas trop en dire sur vous et vos intentions de voyage trop rapidement, prenez le temps.

  • Se prendre en photo seule, et oui ça peut être un inconvénient lorsque l’on voyage. Alors on fait des selfies, on se sert du retardateur, d’une perche ou encore d’un trépied (en Thaïlande ca coute moins de 15 euros) et on n’hésite pas à demander. Sinon, sur les lieux touristiques, il y a toujours du monde et les autres voyageurs ou les locaux seront ravis de vous prendre en photo.
  • Attendre seule est aussi un inconvénient. En voyage on passe souvent du temps à attendre surtout dans les transports. Gares, aéroports ou stations de bus. Alors, il faut savoir s’occuper toute seule.

    La solution Adventhai : Lire, écrire, utiliser des applications de jeux ou de langues étrangères. Profiter de ces moments pour communiquer avec des proches, alimenter vos réseaux sociaux, partager. Ou tout simplement être attentive, le nez en l’air et observer les gens, la vie locale.

Les inconvénients d’ordre psychologiques

On pense tout de suite à la solitude et aux moments de blues. Pas toujours simple d’être en tête à tête avec soi-même ! Les moments de déprime arrivent parfois, et c’est ok. Savoir-faire ce qui nous fait du bien pour passer le cap. Appeler un proche, aller manger une glace, faire un peu de sport, un tour à la piscine s’il y en a une, ou aller marcher. Et ces moments finissent toujours par passer. Il y a des solutions pour faire des activités en groupe, pour voir du monde et papoter, et ça repart.

Parfois on aimerait bien partager sur l’instant avec quelqu’un. Parce qu’on vit des choses extraordinaires, mais seule. Ça peut paraitre triste vu comme ça, mais aujourd’hui on a les moyens de partager en direct avec tout le monde, ou bien se lancer dans le blogging ou les vidéos pour raconter tout ça. Et penser à toutes ces histoires extraordinaires qui animeront vos conversations au retour, même si le partage est différé, il n’en reste pas moins possible très facilement. Et parfois, il faut aussi savoir contempler et apprécier rien que pour soi.

  • S’ennuyer peut-être un frein à se lancer pour certaines. En temps normal êtes-vous quelqu’un qui s’ennuie ou pas? Parce que finalement en voyage ou toute seule chez soi c’est du pareil au même (c’est parfois pire chez soi). Les gens qui ne s’ennuient jamais habituellement ne s’ennuieront pas plus en voyage solo. Il y a toujours des moments creux, savoir ne rien faire ou les occuper avec un bouquin ou de la musique dans un hamac ce n’est quand même pas si mal, non ?
  • Le regard des autres, est aussi quelque chose qui peut être mal vécu en voyageant seule. On a tendance à s’imaginer beaucoup de choses et surtout des choses négatives. Parce que nous avons vite tendance à faire très vite des suppositions sur ce que pensent les autres. On crois inspirer de la pitié à voyager seule, alors que bien souvent on suscite de l’admiration. Adopter une attitude avenante avec le sourire est un bonne façon d’y remédier, et dans l’ensemble les gens sont bienveillants, curieux et respectueux. Ayez l’âme d’une aventurière détendue !

Vous voyez, à tous ces inconvénients il y a toujours une solution.

« Pour la première fois de ma vie, moi qui avais pratiquement toujours eu la présence d’un homme ou d’amis à mes côtés, là j’étais seule, au bout du monde et pourtant je ne m’étais jamais sentie aussi sereine d’esprit. »
Marine @adventhai

Comment se lancer ?

C’est le premier pas qui compte, on le dit souvent, mais là c’est réellement ça ! Surtout si ça ne fait pas partie de nos habitudes de vie. Certaines vivent seules, mais ne font jamais rien en solo. Toujours un chéri, une copine ou une frangine, des collègues ou la famille. Et si le fait de partir seule vous fait peur, tentez déjà par faire des petites activités accompagnées de… vous-même ! Un restau, une expo, week-end ou une rando, sans être en compagnie de quelqu’un d’autre. Ça permet tout simplement d’éprouver les sensations et les émotions que la solitude peut provoquer et ainsi d’avoir une première approche.

Au début, on peut se sentir bête. On ne sait pas où poser le regard. On se sent observée, jugée… On ne sait pas quoi faire de son corps, ni quelle expression afficher sur le visage. On peut se sentir vulnérable, gauche et bizarre. Et puis c’est comme tout, ça passe. Je vous assure ça passe vraiment ! Faites le test. Le premier restau ou première rando en solo sera peut-être désagréable, mais les suivants le seront moins. Et plus ou moins rapidement, selon nos personnalités, ça deviendra normal. Et c’est encore plus facile à l’étranger. Même si la première nuit seule à l’hôtel peut être déstabilisante, voir même angoissante, c’est temporaire. Et vous serez bien heureuse de ne pas avoir le bazar des copines dans la chambre, les ronflements de votre moitié, ou les enfants debout bien trop tôt pour vous !

Si l’aventure vous tente, mais quand même c’est difficile de passer à l’action, alors tentez une alternative. Comme celles dont nous avons parlé précédemment. Stages, randonnées, voyages solidaires, volontariat… Toutes ces formules qui même si vous y allez seule, vous feront rencontrer du monde et vivre des expériences en commun. Le dernier palier vient de lui-même. On veut partir quelque part, on y va, sans attendre que quelqu’un soit d’accord avec vous, sans attendre que certains soient disponibles pour venir. Parce que voyager seule, c’est une vraie liberté, et cela malgré tous les désagréments que nous avons vus ensemble. On ne pense plus à ces inconvénients dès que l’on s’est habituée à vivre avec.

Mais peut-être qu’au final le voyage en solo n’est pas fait pour vous et alors ?
il n’y a pas de fatalité, pas de personne plus courageuses que d’autres, on vous invite surtout à vous sentir bien, à vous sentir vous et parfois cela passe par des dépassements de soi, ou pas. Néanmoins, si vous êtes arrivés jusque-là dans la lecture de cet article, c’est que la question vous intéresse tout de même… Alors pour celles qui se sentent de tenter l’expérience de voyager seule, passons aux petits conseils.

Les conseils Adventhai

Nous avons déjà vu quelques conseils, astuces et solutions pour se lancer tout au long de cet article. Pour celles qui veulent se lancer, avec des pistes plus pratiques voici quelques ressources qui pourront vous aider.

Destinations

  • Certaines destinations sont bien évidemment plus accessibles et plus faciles pour voyager seule.
    L’Europe, et l’Amérique du nord (USA, Canada et Québec) déjà parce que les codes socio-culturels de ces pays nous sont familiers. Ce sont des destinations facilement accessibles, bien que plus coûteuses.
  • L’Australie et La Nouvelle Zélande sont également très en vogue, parce qu’elles permettent des séjours de longue durée avec les PVT Permis Vacances Travail (ou WHV Working Holiday Visa en anglais). Beaucoup de voyageurs solos choisissent cette option, pour pouvoir travailler sur place. Pour celles que ce genre d’aventure intéresse le site de Jeremy Backpacker est une mine d’informations pratiques pour préparer une telle aventure.
  • Pour celles qui ne souhaitent pas partir autant de temps mais que le dépaysement et l’exotisme intéressent, la plupart des pays d’Asie du sud-est, et notamment la Thaïlande et ses pays frontaliers sont des pays très accessibles, faciles et sûrs pour les voyageuses solitaires. Vous trouverez aussi sur Adventhai des conseils pratiques, des accompagnements et itinéraires personnalisés, mais aussi de nombreux articles pour préparer votre voyage en Thaïlande avant de se lancer vers l’Inde, l’Afrique ou l’Amérique latine par exemple.

Voyager seule, encore plus d’astuces :

  • Celles qui veulent tenter l’aventure mais pas toute seule pour une première expérience, on vous invite à vous tourner vers des sites comme Copines de voyage ou  We are Backpackeuses peuvent être utiles pour mettre en relation des voyageuses, et trouver des informations et des témoignages, ou des compagnes d’aventure.
  • Des sites d’hébergements féminins sont également utiles si certaines d’entre vous en ressentent le besoin, c’est également le moyen de faire des rencontres avec ces espaces sécurisés. C’est notamment le cas du site La Voyageuse .
  • Pour les hébergements conviviaux gratuits chez des hôtes dont nous avons parlé précédemment le site Couchsurfing met en relation des hôtes et des voyageurs.
  • Les voyageuses désirant travailler ou se rendre utiles pendant leur séjour trouveront des accueils dans des fermes partout autour de la planète avec WWoofing international.
  • Bénévolat et volontariat sont également de bons moyens de voyager seule. L’expérience est souvent riche et conviviale, néanmoins, parfois le coût est important afin de participer aux frais (hébergement et repas) alors prenez le temps de vous renseigner afin de trouver des associations ou entreprises qui ne souhaitent pas simplement tirer profit pour se donner une belle image. Plus d’infos et astuces sur le sujet : Faire du volontariat en Asie, retour d’expérience.
  • Mais pour toutes celles qui sont convaincues et qui se sente prêtes à partir en dehors de ces cadres, pour un voyage plus classique et libre, vous trouverez un article très utile et très complet pour les questions pratiques propres aux voyageuses solitaires sur le site Tourdumondiste.com.

Pour conclure

Nous espérons que cet article vous aura donné envie de vous lancer à voyager seule. Autour de chez vous ou plus loin. Pour un week-end ou un road-trip au long cours. Et qu’au-delà de l’envie de partir, il aura répondu à certaines de vos questions et appréhensions. Sans oublier comme le dit le proverbe chinois « Un voyage de mille lieues a commencé par un pas », il suffit parfois de se lancer, d’expérimenter comme nous l’avons fait, et d’y trouver tellement plus que ce que nous espérions ou attendions. Et si votre voyage vous mènent jusqu’en Thaïlande du nord, n’hésitez pas à nous rendre visite au Homestay la Maison pour dire bonjour ou partager quelques jours de notre quotidien. Enfin, pour connaitre certaines précautions de bases a respecter pour les femmes en Thaïlande, nous vous invitons a découvrir cet article.

Une question, un conseil ou autre ? La rubrique commentaires se trouve un peu plus bas.

À lire aussi :

Merci à Myriam qui a contribué à la rédaction de cet article.

Vous pouvez également aimer :