Sincérité et humanité, voici les raisons pour lesquelles j’ai décidé de partir seule en backpack au cœur de la Thaïlande traditionnelle. Dans ce nouveau témoignage, je vous de parle de mon expérience de volontaire dans un sanctuaire animalier engagé, situé au nord-ouest de Kanchanaburi, à la frontière birmane, j’ai nommé Sangkhlaburi. Entre expérience humaine et formidable découverte, si vous êtes en quête d’immersion et de repos cette nouvelle destinations est faites pour vous !

Comment je suis arrivée à Sangkhlaburi ?

C’est d’abord via internet que j’ai découvert la ville de Sangkhlaburi, où le mélange des cultures m’a immédiatement attiré. Comme quoi rien n’arrive par hasard, lors de mon passage au Stamp Hostel à Kanchanaburi, j’avais partagé un déjeuner avec le gérant des lieux qui avait lui même passé plus de deux ans sur place. Il m’a décrit cet endroit avec tellement de passion que ses yeux brillaient. A cet instant je savais que ce serait sans aucun doute ma prochaine destination.


Il m’aura fallu deux comprimés de Nautamine (contre le mal des transports) et 5h00 de bus entre champs de cannes à sucre et l’ inoubliable passage au cœur de la jungle luxuriante où il était parfois difficile de dépasser les 6 km/h pour enfin arriver à Sangkhlaburi ! Ce petit bout du monde encerclé de montagnes est une pépite qui se mérite.

Profiter de ma visite a Sangkhlaburi pour être utile

À peine trois jours avant de déposer mon sac ici, j’avais contacté l’Association « Thai Animal Sanctuary » découverte via le site Workaway pour proposer mes services de volontaire. Un refuge et une clinique vétérinaire pour chiens et chats qui sont régulièrement dans le besoin afin d’assister le vétérinaire, mais aussi pour prendre soin des animaux. Promenades, nettoyage des enclos, attributions des soins, alimentation, constructions, bref pour gérer 6 chats et 32 chiens il n’y a jamais trop de mains.

À peine descendu du bus, je rencontre Denise qui gère l’association et qui était gentiment venue me chercher à la station. Je me souviendrais toujours de cette image, Anglaise blonde, clope au bec dans sa voiture probablement plus âgée que moi et musique English, bref, que l’aventure commence !

Chaque volontaire règle seulement 150 bath (4.00€) par jour pour loger en communauté dans cette petite maison de bois ou cuisine, salle à manger, w.c. et douches sont à l’ extérieur.

Plusieurs matelas à même le sol sont à disposition avec de jolies moustiquaires roses, bleues et vertes à sois de choisir son nid douillet. Le midi une école nous sert gratuitement un repas végan au cœur de l’établissement. Je vous invite à comprendre le projet unique que cette école met en place : http://www.baanunrak.org/ (demander à Google de traduire en frenchy).

J’ai adoré cette ambiance décontractée où la simplicité règne, c’est d’ailleurs ce qui représente Sangkhlaburi, la pureté des choses simples. De jolies maisons en bois, des commerçants souriants qui prennent le temps de vivre. Il est commun de devoir les réveiller lors que vous voulez commander ou acheter quelque chose sur leurs stands.

La vie à Sangkhlaburi

Un jour après le déjeuner, j’avais envie d’un café frappé, ici ils le font avec du lait concentré, une vraie merveille pour arrondir vos hanches. J’embarque avec moi deux volontaires, et nous découvrons un coffee shop authentique où une petite dame toute souriante se fait un plaisir de nous servir. Ici la torréfaction des grains est faite sur place, et il n’y a aucune machine expresso, alors la préparation se fait à la bonne vieille cafetière manuelle.

Comptez pas moins de 30 minutes pour 3 ices coffees , prenez votre mal en patience et profitez-en pour admirer la décoration ! Alors que nous allions enfiler nos baskets, la petite dame nous invite à rencontrer Job, son fils qui gère la torréfaction et qui se trouve à quelques pas derrière le shop. Quelle générosité, Job qui était en pause reprit du service pour nous, et pendant ce temps là sa mère part à la cueillette dans son jardin pour nous dénicher de délicieux fruits exotiques.

Nous sommes repartis les mains pleines et grâce à Job, j’ai découvert le reggae thaïlandais : Cliquez ici pour écouter. Vous comprenez pourquoi j’aime ces lieux authentiques chargés d’histoires et de partages.

À Sangkhlaburi, vous pouvez tout faire à pied ou en vélo, car les activités sont simples, balades, dîner sur le marché et même vous rendre à l’attraction principale, le pont ! Cette ville est séparée en deux, une partie thaïlandaise et une partie non reliées par ce pont en bois datant de 1986. J’adorais faire la traversé pieds nus sous la pluie, voir tous ces stands colorés à l’arrivée (vêtements birmans, bijoux, décoration en bois).

Mais ce lieu est prisé des thaïlandais citadins qui viennent profiter de cette atmosphère pure et de l’ambiance village d’antan le temps d’un week-end, alors si comme moi vous préférez la douceur et le calme, je vous recommande de vous y rendre en semaine et de préférence le matin. L’endroit est paisible et propice aux balades en petites barques sur le lac pour approcher le temple noyé Wat Saam Prasob coulé en 1968 ainsi que le village Mon qui a dû déménager de force sur les collines.

Etre volontaire

Le volontariat est un post prenant aussi bien physiquement que moralement où il faut donner de sa personne mais aussi de son temps. Les horaires au sanctuaire étaient 8h-12h puis 14h-17h et 6/7 jours alors il faut parfois braver la flemmardise pour partir en balade avec les chiens, laver les enclos, faire le grand ménage, participer à des opérations, nourrir les animaux ect. Mais croyez-moi, cette experience et incroyable et vous terminerais probablement votre séjour par :  » je reviendrais ! « 
Sachez qu’il est aussi possible d’aider à distance, grâce à des donations mais aussi en jetant un œil sur la wish list disponible sur le site internet : Wich List

Si toi aussi tu souhaite venir au pays du sourire pour donner de ton temps et recevoir sans limite, sache que je propose des accompagnements volontariats.

Le moment le plus fort de mon séjour à Sangkhlaburi

Je me souviendrais probablement toute ma vie de cet après-midi. Nous étions sur le retour de la seconde promenade quand une employée du restaurant La Bakery interpella Song l’assistant de Denise en lui annonçant  qu’un chien était bloqué au fond d’un tout à l’égout. N’ayant pas plus d’information, nous sommes retournés déposer les chiens au sanctuaire et prendre le matériel nécessaire pour l’évacuation du chien.

Personne ne s’avait n’y pourquoi n’y depuis combien de temps il était là. Nous l’avons évacué à deux, j’ai proposé de le rincer à l’eau claire, car il avait baigné dans cet amas de décomposition et malgré cela l’odeur et les mouches ne le lâchaient pas trente secondes. Le pauvre était en mauvais état, il avait des spasmes, du sang dans la gueule, je le sentais souffrir, c’était tellement douloureux de se sentir impuissante.

Après lui voir m’y une muselière nous l’avons emmené en scooter jusqu’au refuge et pendant ce temps je lui parlais, je le rassurais mais au fond je s’avais… Nous lui avons fait une injection d’antidouleur et tenter de comprendre ce qu’il avait bien put lui arriver, mais sans radio et scanner nous ne pouvions que suivre notre intuition. Une voiture l’avait probablement touché accidentellement et il c’était réfugié ici pour se laisser mourir, enfin, c’est ce que l’on imagine.


Il était 18h00 et notre guerrier allait passer sa première et dernière nuit au refuge, je l’ai câliné si longtemps que je sentais son odeur sur mes mains et mes avant-bras. Je me sentais inutile, je ne voulais pas laisser. C’était la veille de mon jour de repos et en quittant le refuge ce soir là, j’ai dit à Juan le vétérinaire : « Juan, nous allons l’aider n’est-ce pas ? Tu me le promets ? » « On va faire le maximum Marine, je te le promets ! »

Le lendemain matin je suis passé au refuge pour prendre quelques photos du sanctuaire et Juan a demandé à me voir « Marine, tu sais pour le chien.. » Il n’a pas eu besoin de terminer sa phrase, j’avais compris. J’ai pleuré toutes les larmes de mon corps, j’ai eu si mal que je voulais crier de peine. Puis j’ai soufflé, je me suis canalisé et j’ai rejoint la cage de ce guerrier.

C’était ces derniers instants de vie je voulais pas qu’il ressente de la tristesse, alors je lui ai donné toute la douceur que j’avais en moi, je lui ai apporté ma présence pour qu’il s’endorme paisiblement et parte dans le ciel à tout jamais.

Aujourd’hui encore au moment même ou je vous fais ce récit, j’ai du mal à contenir mes larmes mais ce qui me réconforte c’est de me dire que nous avons étais là pour lui, ce n’était que quelques heures mais j’ose espérer nous l’avons aidé à partir dans de meilleures conditions.

C’est l’un des moment noir de ce séjour mais rassurez-vous, chaque jour l’équipe de bénévole donne le maximum pour prendre soins de ces petites bête et bien souvent, ils font des miracle. Sans Denise, sans les volontaires (vétérinaire et promeneurs), sans les donations et sans toute cette erngie, rien ne serait possible alors n’hésitez pas a soutenir et suivre les aventures du Thai Animal Sanctuary. 

Quoi qu’il arrive, nourrissons-nous des bonnes énergies qui nous entourent, exploitons-les et faisons-les grandir.


Merci à vous tous pour vos donations que j’ai transmises au Sanctuaire ainsi qu’à mes partenaires de route grâce à vos contributions nous avons d’aidé ces petites bêtes.

49494145-C0C7-4E56-8ED5-DD5B9B86D61F

Mes adresses coup de cœur de Sangkhlaburi :

  • Kingfisher House un lieu unique et authentique, structure en bois qui invite au repos. Cette entreprise familiale à de quoi vous faire rêver, un tatoueur passionné, sa maman artisane qui fabrique des bijoux extraordinaires et l’ensemble de la famille qui propose sept chambres confortables. Si vous avez des plans pour le mercredi soir, annulez, c’est ici qu’il faut être pour un buffet de plats thaïlandais préparés avec amour. Le lien Booking c’est simplement pour trouver l’adresse car une fois sur place vous comprendrez qu’aucune photo ne vaut la beauté de cet endroit.
  • Baan Job le coffee Shop dont je parle un peu plus haut dans l’article et d’ailleurs juste en face ce trouve une petite maison en bois, la maison de mes rêves je m’y voyais en famille a passer un bon moment tous ensemble, c’est étrange comme une simple maison peut vous donner des palpitations inexplicables. Enfin à côté de celle-ci il y a un petit restaurant où le personnel est souriant et tous les plats sont délicieux à 40 bahts ça serait dommage de manquer ça.
  • Et enfin qui dit Sangkhlaburi dit La Baan Bakery  cookies au chocolat à tomber, burger vegan fait maison du pain jusqu’au steak végétal mais aussi des plats végétariens savoureux ,  oups,  j’allais oublier de parler des pancakes à la banane. Bon stop, ça me donne faim !

Des questions ou simplement l’envie de laisser un petit mot gentil ? Vous avez la parole un peu plus bas dans la rubrique « laisser un commentaire ».

SUIVEZ ADVENTHAI SUR INSTAGRAM !

Vous pouvez également aimer :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *